Hangar Hagard

Qu’il est amusant d’aller créer

avec un ami

appareils en bandoulière

dans une zone portuaire.

Porter nos regards aiguisés

là où règne les vestiges du passé

Animés d’une même envie

Aux confins d’une raffinerie

Nous avons franchi la barrière

d’une usine envahie de lierre

en visite à la douairière

immobilisée et flétrie

Piétinant de grisonnants gravats

les ombres des ouvriers

avancent au gré de la journée

et l’air transpire encore du labeur d’autrefois

Explorateurs de l’oubli

qui bravent l’interdit

Enjambant la muraille

comme une enfantine trouvaille

Ceinturé de barbelés

au loin le vieil hangar

dans ce camp prisonnier

trouve cette venue bizarre

Dans un décor à la Eiffel

le grand temple industriel

de ses fidèles abandonné

nous espérait, nous guettait

« Démiurges de la Beauté

aux objectifs un peu fous

Prophètes de la Curiosité

Approchez vous !

Venez me rendre mes lettres de noblesse

avec vos regards plein de tendresse

Détaillez les moindres recoins

de ma charpente rouillée

Vous, les archéologues de l’Urbain

célébrez ce débris rongé ! »

« Depuis que le travail a déserté

ma structure en fer faiblissante

les pigeons me parent de fiente

m’humiliant de gifles cinglantes

Mes monumentales portes taguées

pleurent des larmes métalliques

au vent balancées

pendues à ce corps famélique

La nuit, de rares visiteurs

qui jouent à se faire peur

écrivent des mots bombés

sur ma peau ridée

Ces cruels voyous

blessent et clouent des ailes

sur des chariots vaudous

échoués dans ce pèle-mêle

de sacs estampillés

Merci mes amis !

les seuls à me montrer de l’intérêt

de l’ignominie

à me sauver

De cet affront réparé 

merci de me rendre ma fierté

comme au temps glorieux en pleine productivité

Ah !! les artistes sont des magiciens

ils vous transcendent avec des petits riens

d’un clic, c’est le choc des images

un miroir au si doux mirage

Oubliés les affronts de l’âge

alchimistes du Temps

du laid en beau changeant

juste dans ce partage

Je me sens rajeuni, ragaillardi

de vos clichés embelli

j’avoue, je me sens prêt pour de nouveaux défis

et pourquoi pas, en mon sein, une rave party ? »

BABS

Une réflexion sur “Hangar Hagard

  1. Depuis 5 ans, je m’amuse à écrire des poèmes d’après des photographies que j’ai prises et qui m’inspirent… Peut-être qu’un livre, un jour, paraîtra? En attendant, l’écriture est une nouvelle aventure artistique!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s